Clara Wieck-Schumann (1819-1896)

Sur Pizikato, la Journée internationale des droits de la Femme, ce sera tous les jours. Mais en ce 8 Mars (le 1er sur ce blog), nous vous proposons d’évoquer l’une des pianistes les plus remarquables de son époque : Clara Schumann née Wieck.

Enfant prodige (elle se produit en concert à l’âge de 9 ans), c’est son père qui l’initie à la musique selon la méthode dite « à l’oreille » : point de solfège ; l’élève apprend à l’aide des sons de son instrument. C’est ainsi que Clara développe une mémoire exceptionnelle : pendant ses concerts, elle joue sans partitions. Frédéric Chopin, fort impressionné, lui consacrera plusieurs articles élogieux dans les quotidiens parisiens.

Liszt, Brahms l’entourent. A une époque où les femmes s’effacent en société, Clara épouse Robert Schumann et, au milieu de ses huit enfants, vit de sa musique. Elle compose de nombreux concertos pour piano dont la plupart ne seront jamais joués de son vivant.

Et qu’aujourd’hui, nous retravaillons, pour notre plus grand plaisir.

Pizikato vous propose ainsi de découvrir (ou de réécouter) le concerto pour piano en la mineur, op. 7, œuvre pour piano et orchestre composée par Clara Wieck entre 1833 et 1835, avant son mariage avec Robert Schumann, interprété par la talentueuse pianiste lituanienne Guoda Gedvilaite.


9 réflexions sur “Clara Wieck-Schumann (1819-1896)

    1. J’y songe sérieusement. J’ai eu quelques soucis de santé qui m’ont permis de réfléchir à mon envie de bloguer. Nemo n’y répond plus. Paradoxalement , j’y tiens… c’est un peu incompréhensible.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.