Un dimanche, une oeuvre : La danse des Chevaliers (Prokofiev)

Vérone. Les Capulet organisent un bal masqué . Juliette est promise au Comte Pâris. Mais elle s’y refuse. Arrive Roméo que Mercutio a secrètement invité. Roméo et Juliette dansent ensemble… et tombent éperdument amoureux.

Lorsqu’il compose Roméo et Juliette et la danse des chevaliers, Sergueï Prokofiev pressent une tragédie . La première aura lieu le 30 Décembre 1938 à Brno, en Tchécoslovaquie. Hitler a envahi la Bohême.

«O Romeo, Romeo! wherefore art thou Romeo?
Deny thy father and refuse thy name;
Or, if thou wilt not, be but sworn my love,
And I’ll no longer be a Capulet”
« O Roméo, Roméo! pourquoi es-tu Roméo?
Renie ton père et abdique ton nom;
Ou si tu ne le veux pas, jure de m›aimer,
Et je ne serai plus une Capulet »
William Shakespeare, Romeo and Juliet, II, 2

Un destin inévitable

L’ambiance est dramatique. L’amour de Roméo et Juliette est interdit. Les cuivres et percussions martèlent en cadence un rythme lent et puissant qu’accompagnent les cordes de l’orchestre qui jouent un arpège exposé en rythme pointé . Les basses marquent les temps en proposant, pour la plupart, une alternance de deux notes différentes sonnées de manière très marquées. Ce thème sinistre omniprésent laisse planer le danger au-dessus des deux amants.

La Danse des Chevaliers a fait l’objet de nombreuses reprises dans des chansons
(Muse, Deep Purple), des musiques de film ou même dans une publicité pour le parfum
Egoiste de Chanel. On l’écoute ?


2 réflexions sur “Un dimanche, une oeuvre : La danse des Chevaliers (Prokofiev)

Les commentaires sont fermés.